Komiteesitzung des Holländisch-skandinavischen Komitees und der russischen Delegation: Entwurf des Komitees zu einem Aufruf, o. D. [11.7.1917]

Document nr: 
P/51d
CHA, Losse Dokumenten (Mappe Manifest 11.7.1917). Mschr., 2 S.1

   La guerre dure depuis trois ans et l'on n'aperçoit pas encore l'issue du conflit.

   L'opinion publique ne parvient pas à s'orienter vers2 une solution commune,3 qui permette à tous les peuples de se développer librement et de vivre dans la sécurité.

   C'est la préparation de cette solution nécessaire qui a amené le Conseil des Députés Ouvriers et Soldats de Pétrograde à prendre l'initiative de convoquer, sous le drapeau de la révolution russe, une conférence internationale du monde socialiste.

   Ils s'est trouvé aussi d'accord avec les nombreux partis, qui, depuis le commencement de la guerre, n'ont cessé de demander la réunion de l'Internationale.

   Pour mener cette tâche à bonne fin, il s'est aussuré la collaboration effective du Comité hollando-scandinave, qui, a fondu ses projets dans l'initiative russe et avait déjà considérablement déblayé le terrain par des conférences séparées avec la plupart des partis socialistes. Il a été aussi possible, par cette méthode, de fixer dès aujourd'hui les points sur lesquels l'accord générale pourra s'établir facilement et de déterminer les questions sur lesquelles la conférence générale devra entendre la contradiction nécessaire et se prononcer.

   Pour l'organisation de la Conférence, il [a] été créé une Comité special, composé de délégués du Soviet et du Comité holl[ando-]sc[andinave], et [il a été] décidé,4 pour éviter toute contestation, de respecter, aussi strictement que possible, la procédure suivie aux congrès ordinaires de l'Internationale, aussi bien pour les admissions que pour les repartitions des voix.

   Nous invitons donc à la conférence tous les partis et toutes les organisations qui se réclament de la lutte des classes et de la tactique parlementaire, - tous les partis affiliés au Bureau Socialiste International, de même que ceux qui pendant la guerre5 se sont rattachés à la Commission de Berne, - aux majorités comme aux minorités ainsi qu'aux oppositions qui, au cours des derniers évènements,6 ne sont constituées en partis distincts.

   La Conférence aura lieu à Stockholm, à la date du7 et jours suivants.

   Le programme provisoire de la Conférence a été élaboré en conformité avec les diverses manifestes du Soviet et formulé comme suit:

   1) Le programme de paix de l'Internationale.

   2) La guerre mondiale, ses origines et sa solution rapide en conformité avec le programme qui sera adopté par la Conférence.

   Nous sommes convaincus que toutes les sections de l'Internationale viendront à la conférence générale, prêtes à en accepter les résolutions et fermement résolus à les traduire en actes.

[Anhang]8

   Le mot d'ordre de la révolution a été: "La paix sans annexions ni contributions, basée sur le droit des peuples de librement disposer d'eux mémes." Ce mot d'ordre, nous le répétons encore. Il n'est pas une formule vaine et rigide. Il marque une tendance. Il affirme tout d'abord que la volonté de s'entendre doit l'emporter sur la volonté d'annihiler.

   Il n'entend pas que la guerre doive se prolonger jusqu' à ce que toutes les nationalités aient leur état distinct. Il affirme au contraire que se sont la constitution et les lois d'un pays et non ses frontières qui créent la véritable liberté. Si le principe d'égalité s'impose aux hommes, il s'impose également aux collectivités. Nul peuple n'a le droit de violenter un autre peuple et nous ne reconnaissons pas un droit spécial pour les grandes et différent pour les petites nations.

   La formule de la révolution russe n'entend pas non plus soulever tous les problèmes nationaux. Elle reconnait qu'il est des questions urgentes et d'autres que devra résoudre la démocratie et le consortium des nations. Elle ne se lie pas au statu quo territorial existant, mais quand une question de l'espèce se pose, comme problème à résoudre, elle entend que la population concernée ne soit pas traitée comme une marchandise et ait au moins le droit de collaborer à la détermination de sa propre destinée. Si elle s'oppose aux contributions, c'est a dire au paiement d'un tribut au vainqueur par le vaincu, elle n'exclut point les réparations nécessaires dues aux peuples victimes d'agressions et de violences.9

   C'est dans cet esprit que nous interprétons la conception de tous les socialistes, désireux de restaurer l'influence de l'Internationale et de formuler un programme de paix, acceptable par tous, dans une Europe enfin réconciliée et soumise, non à l'arbitraire de la violence, mais au droit de l'arbitrage.


Anmerkungen

1   Mit hschr. Verbesserungen von Huysmans. Entspricht dem in Dok. Nr. P/51b genannten Entwurf des Holländisch-skandinavischen Komitees, vorgelegt von Huysmans. - Siehe auch Dok. Nr. P/51c, e-f und die Endfassung, das Manifest am 11.7.1917, Dok. Nr. P/51g.

2   "S'orienter vers" hschr. eingefügt.

3   Hschr., ersetzt gestrichenes "politique".

4   Dieser gesamte erste Satzteil hschr. eingefügt.

5   "Pendant la guerre" hschr. eingefügt.

6   "Au cours des derniers évènements" hschr. eingefügt.

7   Wie auch in Dok. Nr. P/51d kein Datum eingefügt.

8   Dieses hschr. als Seite 3 bezeichnete mschr. Blatt mit einigen hschr. Verbesserungen von Huysmans, liegt zusammen mit dem Aufruf in CHA, Losse documenten [Mappe Manifest 11.7.1917]. - Die Friedensformel des Arbeiter- und Soldatenrats, die hier interpretiert wird, wurde nach den vorliegenden Notizen und Berichten der Sitzungen mit der russischen Delegation nicht ausdrücklich diskutiert und präzisiert, wurde aber in dem russischen Entwurf, Dok. Nr. P/51c zitiert. Nach Troelstras Notizen wurde offensichtlich die Frage status quo oder Veränderungen angesprochen, wobei die Russen für ersteres, zu erreichen durch das vereinte Proletariat gegen imperialistische Ziele der Regierungen, eintraten; Dok. Nr. P/51a, Anm. 7.

9   Die letztere Formulierung auch in Troelstras Notizen in Dok. Nr. P/51a, Anm. 7.